Home / GENERAL / Glencore : Katanga Mining envisage un accord avec le régulateur canadien

Glencore : Katanga Mining envisage un accord avec le régulateur canadien

L’unité congolaise de production de cuivre et de cobalt de Glencore Plc, Katanga Mining, a trouvé un terrain d’entente avec la Commission canadienne des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) à la suite d’une enquête sur sa comptabilité, selon les deux parties.

Le Canada ouvre la voie à un accord dans l’affaire relative aux activités de Katanga Mining en RDC. Le pays nord-américain par son organisme de réglementation, la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO) examine la possibilité d’accepter une proposition de Katanga Mining Limited, détenue en majorité par la multinationale anglo-suisse Glencore en République démocratique du Congo (RDC).

L’accord de règlement vise à solder le différent né des accusations de failles importantes dans les contrôles des informations financières du groupe. La compagnie minière n’a pas fourni davantage de détails sur la proposition, avant l’audience.

Cette dernière fait suite à un rapport du Wall Street Journal selon lequel Katanga Mining et quelques-uns de ses dirigeants actuels et anciens avaient accepté de verser plus de 22 millions de dollars pour détourner l’enquête sur une possible relation de l’entreprise avec l’homme d’affaires Israélien Dan Gertler, accusé de corruption, de connivence avec des officiels Congolais.

Une série de déconvenues

En effet, novembre 2017, des informations émanant des « Paradise Papers » ont incité les journalistes à enquêter sur Glencore et à démontrer une possible corruption des officiels Congolais par Glencore via un intermédiaire, Dan Gertler, à propos des droits d’accès aux mines du pays. L’unité de la société en RDC, Katanga Mining, avait ainsi relevé à l’époque, la volonté de la CVMO canadienne d’enquêter sur l’adéquation de ses pratiques en matière de gouvernance d’entreprise et sur la conduite de certains de ses administrateurs et dirigeants. Éclaboussés par le scandale, trois cadres de Glencore, dont le président de la branche cuivre, ont quitté le conseil d’administration de Katanga Mining sur la même période.

Rappelons que Glencore a été confrontée à une série de problèmes juridiques liés à ses activités au Congo, où résident près de 60% de l’offre mondiale de cobalt. Ce minerai entre dans la composition des batteries utilisées dans les véhicules électriques.

Check Also

Le développement social congolais, tout passe par l’église

  Au lendemain, des élections en RDC, l’ensemble de la population est dirigeants parlent du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *